Archives du mot-clé expérience

Silence


Dans un moment comme le notre ou nos sens sont saturés d’information, ces temps de silence sont presque assourdissants, nous ne savons plus nous y installer et nous devenons esclaves de nouvelles sollicitations.
Pourtant, cette oeuvre de John Cage offre lorsque l’on se laisse aller à l’entendre, la possibilité d’écouter ce qui se passe autour de nous et en nous, de recréer des liens, construire des histoires , prendre le temps de laisser la pensée s’épanouir… Assurément une forme de méditation.

4’33 » c’est finalement bien peu pour grandir encore un peu.

 » c’est du sperme du silence que sont nées les montagnes  » Hawad

 

Année 2014

nature

Je me promène dans les champs Je suis dans le Gers pas très loin de Toulouse en France.

C’est la journée, matin ou après-midi, j’ai oublié. Le soleil est éclatant et cet arbre est là. Il ne m’attend pas. Il est. J’utilise le smartphone pour prendre une photo. Je ne sais pas trop ce que ça va donner, je n’arrive pas à voir ce que je prends vraiment, trop de lumière, l’écran est illisible.

Quelques jours plus tard, je reprend l’épreuve. La photo est là, exposée correctement. Je joue avec les paramètres, le sol passe du vert au roux grillé, le soleil jaunit, les nuages se dessinent dans le ciel plus précisément. Je regarde le résultat : Est-ce un arbre mort en plein été ou en dormance pendant l’hiver. J’écris « Nature » sans interrogation. Pourtant je m’interroge. La nature extérieure, ma nature, la tienne toi qui me regarde ?

Qu’est ce que je capte ? L’expérience de la nature environnante ou la complexité entremêlée de cette expérience associée à une édition dans le secret d’une pièce ?

Et en le publiant qu’est ce que j’induis chez toi qui regarde ? Qu’est -ce qui fait qu’au fond de tes entrailles, tu vas voir puis oublier ou voir puis regarder, voire contempler puis selon les déterminismes numériques, d’aujourd’hui, « aimer », « partager » ou « modifier  et republier » à ton tour.

Et pour finir, après ces quelques lignes, peux tu souvent expérimenter une aussi longue période de temps à considérer une image, somme toute banale, en ces temps de flux ?

A toi qui vient de me lire, je te souhaite une bonne année.