Archives du mot-clé savoir-faire

Les nouveaux terriens / suite

pub antiLe projet les nouveaux terriens se développe et se précise, logo en cours (il faut bien se « démarquer ») et demain rdv avec la CCI pour découvrir leur accompagnement, on ne sait jamais ça peut être intéressant d’avoir un regard extérieur supplémentaire sur le projet et son financement. Tiens en parlant de financement, le modèle qui est privilégié pour le démarrage repose sur une forme « innovante » de « publiredactionnel ». J’utilise ce terme à dessein, car ce genre de pratique a souvent été assez justement critiqué avec raison car souvent mal intégré. J’y ai moi-même toujours vu une excroissance un peu honteuse des journaux pour tenter de proposer quelque chose d’autre que de la publicité pure et simple. Il a pourtant été bien repris par les outils modernes de communication comme facebook (ses histoires sponsorisées dont il garde l’idée à défaut pour le moment du produit) et twitter (ses tweets sponsorisés). Pourtant j’y trouve un certain intérêt si correctement cadré.
En passant un article sur la fin de la pub (un marronier un peu comme même) à lire ici. En clair, il est indiqué que la pub à avec des affiches réelles ou virtuelles c’est fini. Il faudra bien s’y faire, les stratégies ultimes pour les marques consisteront plutôt à scénariser l’interconnexion entre les différents « outils » à disposition des citoyens. L’auteur précise bien qu’il ne s’agit pas de stratégie à 360 mais de quelque chose de plus intelligent et  plus proche de l’usage des personnes… intéressant pour les nouveaux modèles d’édition à venir sans doute où finalement l’aspect kinestésique du média n’a jamais été tellement étudié….

Acte de naissance des nouveaux terriens

birthDéveloppements des circuits-courts, engouement pour les vins dit natures et les produits « bio », tourisme en gîte rural,  jardins partagés sont quelques signes d’un désir de retour à la terre (pas comme en 68 mais presque), d’une proximité avec la production de notre alimentation et des cycles naturels(*).

Une sorte de nouveau terrien est en train de naître…consommacteur qui veut être plus proche de la terre mais aussi producteur qui a plus d’interaction avec les consommateurs de ses produits.

Cette proximité nouvelle amène beaucoup de producteurs et de transformateurs à  transmettre à leurs clients d’abord verbalement sur les marchés, lors de dégustation, en faisant visiter leur exploitation, leur laboratoire voire en utilisant les outils numériques.

Alors…  si justement on créait une boîte à outils  pour aider à transmettre les savoirfaire , les questionnements, les rêves des producteurs au quotidien ? Bref l’histoire de ces producteurs, de leur relation à la terre, à leurs produits… car finalement si nous devons acheter moins pour des raisons aussi écologiques qu’économiques autant acheter mieux (**), c’est à dire en ayant plus de connaissance sur ce que l’on mange, d’où cela vient, comment c’est fait non pas seulement techniquement mais aussi avec quelle éthique.

Ce projet,porte un nom  « les nouveaux terriens« , un objectif « créer de l’intimité entre producteurs et consommacteurs » et des pistes concrètes de réalisation dont nous parlerons bientôt. Plus qu’à le baptiser !

 

(*)D’ailleurs, petit aparté, récemment lors d’une réunion de l’AMAP de quartier, nous nous sommes interrogés sur la signification de la pause d’été que nous pratiquions… D’où la nature ferait une pause en été !? Non l’été la nature est en pleine effervescence et on peut imaginer que la pause impliquait pour l’agriculteur de trouver de nouveaux débouchés pour sa production…

(**) une de mes arrière-grand-mères disait justement  « Nous sommes trop pauvre pour acheter pas cher » .